PODCAST #11 : Ne plus s’adapter aux autres

Hello, j'espère que tu vas bien ! Ravie de te retrouver dans ce nouvel épisode du podcast qui n'était pas du tout prévu puisque, pour le moment, j’ai de gros projets d'écriture à terminer et donc je n'ai pas le temps et l'énergie et même l' envie de faire beaucoup de contenu sur YouTube ou par ici. Mais là, j'avais envie de porter un message que j'avais créé en post et puis en fait, je me suis dit que j’allais en faire un podcast parce que j'ai envie d'en venir papoter ici avec toi ! Donc voilà, complètement improvisé comme toujours, et j'ai très envie de venir te parler du fait de ne plus s’adapter à l'extérieur mais de vraiment revenir à nouveau dans son plein pouvoir.


Alors, c'est pas pouvoir en mode “J’écrase tout le monde” (je vais expliquer évidemment tout ça) mais le pouvoir dans sa souveraineté. J'aime beaucoup ce mot qui vient finalement nous remettre au centre de nous-mêmes et nous permettre de reprendre les rênes. On n'est pas là pour placer plein de mots spirituels, on s'en fout, mais juste de reprendre les rênes de sa vie et d'arrêter de subir. Souvent, on blâme l'extérieur en disant “C'est de la faute des autres” mais en fait, en ne posant pas de limites, c’est nous-mêmes qui ne sommes pas capables de pouvoir prendre notre place pleinement, d'assumer qui on est et d'incarner pleinement nos valeurs, notre vision, notre perception et qui l’on est. Je voulais faire ce petit rappel. Je pense que ce ne sera pas un long épisode mais on s'en fout : le principal, c'est le message que je vais porter ici.


Oublie l’extérieur et reviens vers l’intérieur


Personnellement, ces dernières semaines, j'ai été un petit peu titillée par la vie aussi qui est venue un petit peu me remuer dans certaines structures et certaines décisions que je devais prendre. Et j'ai vraiment observé mon syndrome de la bonne élève, de Mère Teresa, qui veut satisfaire et plaire à tout le monde, qui veut répondre aux demandes et aux besoins de tout le monde. Du coup, je me sentais à nouveau complètement déconnectée de moi-même et de ce dont moi j'ai envie, de ma vision à moi, de mon besoin et de la façon dont j’ai envie de poser les choses. J’étais dispersée et très fatiguée. D’ailleurs, la semaine dernière, je sentais mon énergie éparpillée et tournée vers l'extérieur, à demander l’avis de tout le monde, à essayer de trouver des validations extérieures. C'est OK : on est des êtres humains donc même quand on est conscient de tout ça, et bien ça nous arrive encore. Je t’invite encore une fois à être super méga doux avec toi-même parce que ça arrivera encore. On est pas du tout là pour être parfait, loin de là ! Et donc je sentais vraiment cette énergie qui était tournée vers l'extérieur, éparpillée, et j’étais déconnectée de moi-même, juste à aller chercher ces informations, cette réponse, cette validation auprès des autres. Heureusement, je suis parvenue à revenir à l'intérieur, à vraiment me dire “Waouh, là ça va pas du tout ! Je sens que je suis à nouveau en train de m'épuiser dans ce rôle”.


Ce qui est intéressant quand on vit ce genre de d'expérience, c’est qu’on peut être tellement dur envers soi et c'est pour ça que je te reparle de douceur envers toi-même, d’autant plus que lorsqu’on est en plus dans la spiritualité, le développement personnel et compagnie, on a vite tendance aussi à se blâmer et penser qu’on est dans l’ego. Et moi à nouveau, j'étais là “Oui mais c'est peut-être de l’ego là en fait ce qu’il se passe”. Mais en fait, ça ne me parlait pas, ça ne résonnait pas parce que j'étais vraiment chamboulée dans mon cœur aussi par rapport à ces choix que je devais faire. Du coup, on peut aussi facilement se raconter des histoires. Donc je t'invite encore une fois (et je le répète très souvent) à observer quelles sont les histoires que tu es en train de te raconter sur toi-même et de lâcher un petit peu toutes ces espèces de dogmes dans la spiritualité, de toujours penser “Oui on est responsable” et tout ça. À un moment donné, il faut vraiment revenir dans le cœur en fait. Je pense que c'est ça le plus important, le plus profond et le plus vulnérable et touchant. Le plus vrai ! C’est de sortir un peu de cette “cabeza”, de la tête. On est beaucoup trop bloqués !


La peur, toujours la peur…


Le week-end dernier, on a donné un stage avec Caroline autour de l'énergie et de l'intuition. On a fait beaucoup, beaucoup de mouvement et ça m'a tellement fait du bien à moi-même ! Finalement, ça m'a vraiment permis de refaire circuler tout ça et de me dire “Non mais en fait je vois exactement où j'ai envie d'aller, je sais exactement ce que j'ai envie de mettre en place. Je vois tout ! J’ai les idées très claires en fait !”. Il s’agissait vraiment d'aller assumer ça et d'aller voir la peur qui se cache derrière tout ça, quand on est en train de s'adapter, de se déconnecter de soi, de s'adapter ou de répondre à l'extérieur etc. Quelles sont les peurs qu’il y a en profondeur ? Moi par exemple, c'était vraiment la peur de décevoir, la peur de déplaire et de ne pas être parfaite, donc il y a vraiment cette blessure d'injustice qui s’est réveillée à nouveau. J’avais peur de ne pas pouvoir répondre aux demandes de tout le monde, ce qui est impossible de toute façon ! Donc j'étais à nouveau dans ce syndrome de Mère Teresa à vouloir faire le mieux possible pour les autres. Je rappelle évidemment que ce n’est pas possible : on ne peut pas plaire à tout le monde ! On ne peut pas satisfaire tout le monde et surtout se sacrifier au détriment des autres, s’oublier et se mettre de côté ! Parce qu’on se retrouve alors en dehors de nous-mêmes, tout simplement. Donc à travers cet épisode et ma propre expérience que j’avais envie de partager avec toi, je voulais t’inviter à vraiment toujours revenir à l'intérieur, à te reconnecter dans ton cœur, dans le respect de toi-même avant tout. J'ai fait un épisode sur “Devenir sa priorité” et c’est vraiment ça : qu'est-ce que tu as vraiment envie de porter ? De quoi as-tu réellement envie ? Quelle est ta vision, ton envie, ton besoin ? Pour moi, c’est vraiment essentiel de toujours revenir dans cet espace du cœur, dans les sensations, dans le corps. Les réponses sont là, en nous !


Reprends le pouvoir !


Évidemment, c'est super important d'être aidé, accompagné. Moi là, je suis accompagnée par une magnifique coach : pendant trois mois, on est en groupe et c'est vraiment hyper puissant ! Le coaching de vendredi dernier a d’ailleurs été un gros déclic. Ça m’a mis un coup de pied au derrière ! Je me suis dit “Mais en fait, stop ! Reprends ta place ! Incarne pleinement ton message, assume pleinement tes choix et traverse tes peurs.” Il y aura peut-être des déçus et c'est OK. C'est OK parce que le plus important, c'est que l'on vienne soi-même se respecter et poser ses limites. Quand je parle de revenir dans sa souveraineté, c’est pas celle qui écrase les autres. Là c’est de l’ego pour le coup - et c’est OK, on a toujours des moments où l’on est dans l’ego, c’est tout à fait humain aussi. Mais c'est pas “Je reprends mon pouvoir, je vais écrabouiller les autres et montrer qui je suis !”. C'est pas du tout cette énergie-là dans laquelle je te propose d'être. D’ailleurs, j’avais noté “C’est la souveraineté qui fait fleurir dehors ce qui est dedans” et donc si je m'écoute profondément, que ça vient vraiment du cœur, qu'est-ce que j'ai envie de proposer ? Qu'est-ce que j'ai envie de partager ? Qu'est-ce que j'ai envie d'exprimer ? Et on peut vraiment transférer ce que je partage aujourd'hui à n'importe quel domaine et sujet ! Encore une fois, il y a cette intention, cet élan qui vient vraiment du cœur et il ne s’agit donc pas de répondre aux exigences externes, de faire ci ou ça pour être accepté, aimé ou éviter le jugement.

C'est très individuel évidemment. On a chacun notre parcours, notre expérience, nos blessures. Et puis c'est des vagues aussi : tous ces événements et ces expériences, ce n’est pas la vie qui veut nous embêter ! La vie nous soutient ! Elle est toujours avec nous et ces expériences qu’on vit, c'est toujours une occasion, une opportunité absolument fantastique de guérir, de transformer, d'aller libérer des schémas qu'on a tendance à répéter ou des stratégies qu'on utilise et qui nous déconnectent de nous-mêmes. L'intention n’est pas d'aller changer qui l’on est et de devenir la meilleure version de soi-même, mais juste de revenir à soi parce que tout est déjà là. Donc on déconstruit, on dépouille, on enlève les carapaces et tout ce qu’on a construit pour se protéger. Je veux vraiment que tu puisses te poser aussi un instant et te dire “Waouh, dans quel espace de ma vie je suis en train de donner mon pouvoir à l'autre, de m'adapter, de faire en fonction de ou de faire passer l'autre avant moi-même, de m’oublier ?”.


Faut-il arrêter de demander un avis extérieur ?


Reviens profondément à l'intérieur. C'est pour ça que le retour au corps et aux sensations, que ce soit par le mouvement, la marche, la méditation, la respiration ou juste être tout simplement… C’est tellement important pour pouvoir justement laisser émerger les solutions et les réponses qui sont là, déjà présentes en nous-mêmes. Je ne dis pas qu'il ne faut pas aller échanger avec d'autres personnes pour avoir une mise en lumière ou un autre avis, parce que c'est aussi enrichissant. Mais ensuite, je prends ce qui résonne en moi et je laisse le reste. Parce qu’on peut perdre un temps monstrueux, et surtout énormément d'énergie, à aller chercher l’avis extérieur, à demander conseil à tout le monde, à appeler, envoyer des messages… Et ça nous embrouille souvent plus qu'autre chose ! Ça nous déconnecte de notre centre, de notre cœur.


Donc voilà, c'est le message super important du jour, de par la dernière expérience assez intense que j'ai pu vivre mais finalement, je suis très reconnaissante d'avoir vécu ça parce que c'était nécessaire. Ça m'a permis de pouvoir vraiment mettre beaucoup plus de clarté dans ce que je veux transmettre, et dans le respect de moi-même, de ce que j'ai créé, pas pour que ce soit conservé à ma manière mais pour que ce soit respecté et supporté avec beaucoup d'amour et de collectivité.


Incarne qui tu es, pas ce que le voisin aimerait que tu sois


Bon bah quand même 12 minutes ! En tout cas, j'espère que cet épisode t’aura fait du bien. N'hésite pas à prendre des notes, à toujours te poser ces questions de quelle est la peur derrière, quel est le danger (et y a-t-il un réel danger ?)... Et reviens vraiment te connecter à tes envies, tes besoins, ta vision à toi qui est unique. Reviens dans cette unicité, pour incarner qui tu es et pas ce que le voisin aimerait que tu sois. J'avais noté comme dernière phrase ce message pour t’inviter, NOUS inviter, à nous embrasser pleinement, à poser nos limites, à assumer, à faire des choix, à trancher, à être vrai, à s'incarner avec comme seul moteur l'amour.


Voilà, c'était la petite note finale de cet épisode. J'espère que ça t’a plu. N'hésite pas à soutenir le travail ici en mettant un petit like, en partageant, en parlant de ce podcast autour de toi ! Et puis, je serai ravie de te retrouver dans les prochains épisodes et les prochains partages. C’est vrai que là je termine un projet d'écriture et j'anticipe aussi beaucoup la fin de ma grossesse et le congé maternité donc je travaille beaucoup dans ma grotte en ce moment et c'est OK. Je m'écoute. Et évidemment, il y a la préparation du programme FLOWNERGY Mama qui sortira fin juillet ! Donc il y a pas mal de boulot en coulisses ! Mais je suis présente quand j'ai l'élan, quand j’ai l’envie du cœur et pas parce qu’il faut. Allez, je t'embrasse ! Prends vraiment soin de toi, de ton énergie… Respecte-toi et ose prendre ta place. On est là pour ça aussi, et il y a de la place pour tout le monde ! À très, très vite !