PODCAST #3 : Devenir SA priorité

Hello, j'espère que tu vas bien ! Je me réjouis de te retrouver dans ce nouvel épisode du podcast, un épisode tellement important que j'ai en tête depuis plusieurs semaines déjà. J'ai envie de partager tellement de choses, tellement d'amour à travers cet épisode. C’est un message important qui va parler à beaucoup, je l'espère. Et c'est un chemin que moi-même j'ai emprunté depuis longtemps mais dans lequel j'ai vraiment plongé ces derniers mois, cette dernière année, et dans lequel je suis toujours évidemment, parce qu’on est en chemin toute notre vie !


Donc voilà, avant de plonger dans le vif du sujet, j'aimerais juste annoncer que ça y est : j'ai ouvert les inscriptions pour l'accompagnement de groupe Éclosion ! On avait déjà fait une première session qu'on est en train de terminer et c'est juste incroyable ce qu’il s'y passe, c'est vraiment magique ! C’est vraiment une expérience humaine avant tout. Voir ces métamorphoses, cette transformation au cours des trois mois, c'est juste incroyable ! Donc j'ai le plaisir de t'annoncer l'ouverture des inscriptions pour la prochaine session qui débutera le 7 mars. N'hésite pas si tu as des questions, des doutes, des peurs aussi. Parce que, souvent, on est appelé par notre intuition, par nos tripes, vers un programme, un projet ou autre et le mental prend le dessus. Du coup, on s’auto-sabote, c'est un grand classique ! Donc n'hésite pas. Je propose aussi des appels si besoin, pour répondre aux questions.


L’étape fatidique du déconditionnement


Plongeons dans notre sujet du jour : devenir sa priorité ! Ici, l'intention c'est vraiment qu’on explore un petit peu ensemble ce que ça peut nous apporter d'avoir cette notion, ce concept de devenir sa priorité. De se choisir vraiment dans notre quotidien ! Et je vais partager les clés que je propose dans les accompagnements et que j'applique moi aussi, que j’ai expérimentées et que j'expérimente toujours. Parce que tu verras, je vais être la plus transparente possible avec toi et vraiment te montrer qu' on est tous des êtres humains, tous en chemin, et que c'est pas toujours évident car ça demande de venir déconstruire, déconditionner. Je parle souvent de “dépouillement personnel” plutôt que de “développement personnel”. C’est pour ça que tout le monde me dit “Bah Elo, tu nous dis tout le temps qu’il n’y a rien à changer, que tout est déjà là et en même temps, que si rien ne change, rien ne change !”. Donc je sais que ça peut paraître contradictoire mais en fait, ce que je veux te transmettre à travers ce message que je partage souvent, c'est qu'en fait il n'est pas question devenir quelqu'un d'autre, ni d'atteindre cette meilleure version de soi, en tout cas dans ma vision. Ce n'est que ma vérité encore une fois. L'idée, c'est que tout est déjà là, tout est présent en nous et c'est juste des peurs, des masques, des conditionnements qui sont là et qui nous empêchent finalement de nous révéler. Ils nous empêchent d'être nous-mêmes. C'est pour ça que je parle toujours d'éclosion. Et c'est un mot que vous allez entendre encore beaucoup prochainement. Donc j’aime bien le terme “dépouillement personnel”. Puis, on révèle en fait ! Et oui forcément, ça transforme, donc du coup il y a du changement et le changement est permanent ! Je dis toujours : “Rien n'est permanent sauf le mouvement, le changement”. Heureusement, sinon tout serait figé ! Mais c'est dans cette notion-là que j'ai envie d'amener.


Clairement, l’énorme conditionnement qu'on a et qui est ancré depuis des siècles, depuis l'humanité, j'ai envie de dire ! C’est là depuis très, très longtemps, à travers nos ancêtres aussi. On a été conditionné pour penser d'abord aux autres, être au service des autres, vraiment servir l'autre et se sacrifier. Si on reprend l’histoire, c’est aussi très marqué dans notre humanité. Par exemple, prenons les mères de famille : être mère, c'est vraiment se sacrifier, tout donner pour ses enfants et s'oublier. Oublier qu'on est aussi une femme ! Alors ça, moi je l'expérimente pas encore donc je peux pas vous en parler… Vous savez bien que je vous parle seulement de concepts et notions que j'expérimente, que j'explore. Donc peut-être qu'un jour, je pourrai vous en parler une fois… Mais donc, on est vraiment conditionné pour penser d'abord à l'autre et donner à l'extérieur. Et finalement, dans cette dynamique-là, on s'oublie totalement. Tu vas voir, je vais vraiment amener aussi une dimension énergétique par rapport à tout ça, puisqu’on est dans le podcast du “Mouvement intérieur” !


Respecter ce qu’on entend


L’idée ici, c'est vraiment de pouvoir toujours fluidifier les choses, de toujours amener cette notion de flow dans le quotidien, dans les concepts que je te partage aussi ici. Donc je viens avec beaucoup d’amour te parler de ce sujet aujourd'hui, parce que l'année 2021 a été une année où ça a été vraiment compliqué par rapport à ça, parce que ça a été un apprentissage énorme de me faire passer en priorité, de me choisir et de vraiment revenir dans cette douceur avec moi-même. J'ai été accompagnée d'ailleurs, pour rééduquer, réapprendre à m'écouter profondément et à respecter ce que j'entendais. Aujourd'hui, si tu es là, si tu m'écoutes, je pense qu'il y a quand même une certaine conscience qui est là. Je pense que les personnes qui écoutent ce podcast souvent sont quand même un minimum éveillées. Donc on est capables ! On a cette capacité de s'écouter ! Après, la question, c’est : est-ce que je respecte vraiment ce que j'entends, ce que j'écoute ? Et c’est là où tout ça se joue, où tout se crée. On va en parler plus en détails par la suite.


Là, on est en plein dans les ateliers holistiques et c'est juste tellement passionnant d'aller voir tout ce qu'il y a derrière ! Ça permet vraiment de comprendre aussi notre notre mode de fonctionnement et c'est clair que personnellement, il y avait plein de peurs derrière aussi : peur de ne pas donner assez à l’extérieur, de ne pas être présente pour les autres… et qu’en conséquence, je n'allais plus être aimée, j'allais perdre des parts d'amour, j’allais être rejetée. Donc il y a plein de choses qui entrent en compte dans le fait qu’on s'oublie, qu'on se sacrifie, et qu'on réponde toujours aux demandes extérieures au lieu de répondre aux demandes intérieures qui sont réellement là, en nous. En plus de ça, je rajoute ici mon propre parcours. Le fait d'être entrepreneur, c'est d'autant plus compliqué aussi parce qu’on est chef d'entreprise et on peut aussi complètement se perdre à travers ça. On peut passer notre temps à travailler, surtout quand on est en ligne comme ça : on pourrait travailler 24 heures sur 24, il y a toujours à faire ! C'est jamais fini ! Il n'y a jamais un moment où on se dit “Ah bah tout est fait, je ne sais pas quoi faire”. C’est impossible : il y a toujours à faire, surtout quand on a beaucoup de créativité, avec des flows de créativité qui vont et viennent. C’est alors d'autant plus important de pouvoir se positionner, enfin se remettre en question. Est-ce que je ne suis pas en train de m'oublier complètement ? Pareil quand on est parent : c'est très facile de se dire… Alors là, je peux partager l'expérience puisque j'ai quand même enseigné et été institutrice primaire pendant 7 ans… Mais on peut très vite voir que certains parents s'oublient complètement et deviennent juste “maman”, juste “papa” et ne sont plus là en tant qu’homme ou femme. Je pense que c'est important de pouvoir justement redéfinir, remettre en lumière, cette notion de “je me choisis et je devient ma priorité”. Et on va avoir un petit peu tout ce qu'il y a à déconstruire par rapport à ça.


Se choisir pour s’aimer


Pourquoi c'est important de se choisir et de devenir sa priorité ? Pour moi, c’est clairement l’une des plus belles preuves d'amour ! Ça m’a vraiment renforcée de manière puissante, cet amour que j'ai envers moi-même et le fait de me dire “Waouh ! Là, je me choisis !”. J'avais vraiment l'impression d'être envahie par cette vague d'amour, de me dire “Ah mais c'est juste magnifique en fait !”. Encore une fois, je traverse la peur de décevoir l'autre, d'être abandonnée etc. et je viens me connecter à cet amour que je suis en train de m'offrir là. Je trouve ça absolument merveilleux et c’est pour moi l’une des plus belles preuves d'amour de soi, clairement. Quand je repars dans cet oubli de moi-même, je reviens à ça, à cette sensation énergétique (puisque l’émotion est une énergie en mouvement) et ça me fait tellement du bien ! Ça me remplit vraiment d'amour… Ça me remplit de tout en fait, de pouvoir prendre ces moments pour moi et de me les offrir. Donc ça, c'est une première chose.


Se choisir pour la fluidité et la sérénité


Ensuite, forcément, ça nous amène quand même vachement plus de sérénité parce que ces moments pour soi (et même simplement le fait de s'écouter), ça nous permet d'être en accord avec soi aussi. Du coup, on est en quelque sorte dans ce flow, cet alignement (j’en ai parlé dans la dernière vidéo que j'ai postée sur ma chaîne YouTube). Ça permet de créer plus de fluidité et la fluidité, dans ce mouvement de vie, nous amène évidemment plus de sérénité. Il y a quelque chose qui se dépose en nous et ça fait du bien. Ça aussi, c'est hyper positif comme apport, de vraiment faire de soi sa priorité. Et ça change tout ! Il y a une diminution du stress, de l'anxiété.


… et se choisir pour être heureux !


Et évidemment, ça nous permet aussi d'être heureux finalement. C'est un peu bizarre de dire ça puisque là, on parle vraiment de se choisir, de devenir sa priorité et ça en fait, ça nous amène à être beaucoup plus disponible et présent pour les autres. Quand on s’oublie, on vide son énergie à l'extérieur, on la perd complètement. On n'est pas dans le soin et dans le fait de prendre soin de son énergie, de la maintenir. C'est comme s'il avait une fuite et hop ! Toute notre énergie part à l'extérieur ! Mais quand on se choisit, quand on s'écoute profondément avec beaucoup d'attention, beaucoup de bienveillance… on est évidemment beaucoup plus disponible quand on est avec les autres. On choisit ces moments qui deviennent du coup des moments de qualité et pas des moments de quantité. Et on n'est pas épuisé, vidé de notre énergie ou en mode “J'ai pas du tout envie de passer ces moments-là avec mes enfants, je n'ai pas du tout envie de faire ça”. Non, il y a cet entrain qui revient, cette joie qui se rallume, cet élan qui est là, présent, et c'est ça qui est absolument magnifique ! Ça a été mon plus gros apprentissage et ça n'a pas été évident parce qu’avant, j'étais quelqu'un qui avait plein d’amis et de relations. J’étais tout le temps en train d’être à gauche à droite, d'avoir plein d'activités, de voir une tonne de gens et ça n'a pas été facile. Mais ça a vraiment été un choix aussi, de prendre plus de temps pour moi, de m'écouter. Est-ce que j'ai vraiment envie d'être disponible pour cette personne ou des gens qui disent “Ah ça va pas, je peux t’appeler ?” ? À un moment donné, c'est aussi une question de pouvoir poser ses limites et on va en reparler dans les pistes que je vais partager plus tard. Ce que j’ai envie de proposer ici aujourd'hui, c'est d'être peut-être moins disponible pour les autres et d'être plus disponible pour soi. Et du coup, ça a un impact et je le vois, en tout cas personnellement, sur la qualité des moments que je passe avec les personnes. C’est juste magnifique et ça change tout quand on fait de soi sa priorité. Je trouve qu’il y a aussi cette notion d'être au service de sa vie, d'être au service de soin, de se soutenir. Ce sentiment de solitude est vraiment venu guérir en grande partie cette blessure d'abandon. On a fait l'atelier sur la blessure de l’abandon qui était juste magnifique et beaucoup de personnes me demandent “Comment est-ce qu'on peut revoir les replays ? Est-ce qu'il y a moyen d'y accéder ?”. Et je te mettrai la possibilité en effet de pouvoir obtenir ces ateliers qui ont déjà qui sont déjà passés donc ne t’inquiète pas, no stress, ça arrivera aussi tout bientôt !


Donc je disais que ça m'a beaucoup aidée personnellement, à venir guérir cette blessure d'abandon et à me dire mais “Waouh, je suis là pour moi, je me soutiens à chaque instant, je me choisis à chaque instant”. Du coup, il n’y a plus besoin de ce stress, d’aller toujours chercher l’amour à l’extérieur. Moi, je trouve ça très, très puissant.


Laisser le temps au temps


Bien sûr, ça prend du temps : on ne fait pas ça du jour au lendemain ! L'année passée, j'ai vécu au niveau de ma santé, au niveau physique, un événement qui m'a vraiment marquée. J'ai fait une très grosse réaction allergique et ça a été comme un espèce d'électrochoc parce que j'arrivais pas. Je comprenais la notion de douceur avec moi-même, d'écoute de soi etc. Mais je n'arrivais pas à l'assimiler, à l'intégrer dans ma structure énergétique. Ça ne passait pas. Il y avait une résistance. Et là, gratitude, parce que ça a été impressionnant à vivre et en même temps, waouh, ça a été un énorme shift pour moi. Encore une fois, quand je te parle de corps, d’écoute du corps… En fait, le corps nous parle à chaque instant. Et même les relations, cet effet miroirs etc., c'est toujours pour nous ramener à l'intérieur de nous. C'est toujours pour nous ramener là, au niveau du cœur, au niveau de notre jardin intérieur, de nos racines, et de pouvoir nous reconnecter à ça, à nos besoins profonds. C'est juste magnifique (je crois que j'ai dit ce mot dix fois dans cet épisode !). Comme je viens de le dire, ça permet de revenir à ses besoins profonds, à ses envies, à ce qui nous anime, à ce qui nous porte, à ce qui nous nourrit et ce qui nous fait vibrer. Et là, c'est très marrant, mais moi je suis en train de vivre… Encore une fois, c'est des cycles donc je pense que ça va pas durer… Mais en tout cas, je suis en train de vivre une phase où je me sens dans une gratitude, dans une joie, dans un amour, dans une kiffance de ouf et j'ai l'impression d’avoir plein d’idées, la créativité est là et c'est hyper agréable. Évidemment, l'idée c'est d'accueillir toutes ces phases de la vie. Et j'ai l'impression que plus je m'écoute, plus je vais dans cette direction de devenir ma priorité, d'écouter mes besoins, mes envies, de savoir comment je fonctionne aussi. C'est génial (et on le voit dans Éclosion aussi) de vraiment accepter son propre mode de fonctionnement parce qu'on est tous super différents. Récemment, je me suis un petit peu “limitée” parce qu’on parle beaucoup (et c’est OK) de ralentir sur les réseaux, de prendre le temps, d’être dans l'énergie yin… et à un moment donné, je me suis laissée aspirer par ça. Alors, c'est important évidemment : encore une fois, c'est pas l'un ou l'autre mais l'un ET l'autre. Surtout dans l'énergie yin yang où c'est tout le temps entremêlé et tout est toujours présent à la fois. Je me suis vraiment forcée à faire moins, à ralentir, à étouffer certaines idées que j'avais ou certains projets en me disant “Mais non, faut pas que je m'éparpille, faut pas que je fasse ça”. M’autoriser à vraiment m’écouter et simplement suivre mes envies et ce qu’il y a dans mon cœur, à l’intérieur, c'est une espèce de libération ! C'est comme si on libérait toute l'énergie qui est contenue et qui a besoin de s'exprimer. C'est vraiment super intéressant, je trouve.


Derrière cette notion de devenir sa priorité, il y a plein de peurs et on va voir comment les traverser. Surtout, on a souvent tendance à s'oublier, à s'adapter. Il y a le rôle du sauveur qui entre en compte aussi, qui est très lié à la blessure d'abandon également et du coup il ya un peu ce truc de, “je suis une bonne personne si je suis à l’écoute des autres, si je suis disponible pour les autres, si je réponds présente”. On a vraiment l'impression qu'on va “être” mais seulement si on donne, seulement si on est là pour les autres. Il y a presque ce mécanisme de “je donne dans l’attente de recevoir”. Ou dans l’attente de recevoir de l'amour, d'être aimé et d'être accepté. C’est inconscient bien sûr !


Comment faire pour devenir sa priorité ?


Donc voilà un petit peu pour tout ça. Alors c’est un épisode qui sera un peu plus long mais j’ai beaucoup de choses à te dire ici. Donc clairement, il faut aller déconstruire tout ça. Alors comment faire pour devenir sa priorité ?


  1. Écouter puis agir

La première chose qui est très simple et pourtant très compliquée à la fois, c'est vraiment de se choisir, de s'écouter et de respecter ce qu'on l'entend. Et ça je le répète très souvent. C'est une clé pour moi qui est fondamentale : vraiment respecter ce qu'on entend, ça veut dire que derrière, il y a une action à poser. On peut pas juste être encore une fois dans cette énergie yin, il y a un besoin de passer à l'action. Il n’y a pas de miracle : je dis toujours que rien ne change si rien ne change ! Je le répète encore ici mais c'est bien de prendre conscience des choses, c'est bien d'être en conscience et après… Oui alors c'est pareil, on peut parler de cette fameuse loi de l'attraction : plein de gens disent toujours “Ah oui je visualise, j'attire à moi etc. Je vibre et j'attire”. On est d’accord : c'est l'énergie. Et je suis la première à dire que tout est énergie et derrière (je dis pas “mais”, mais “et”), il y a aussi ce passage à l'action. Il n'y a pas de miracle non plus, même si je crois très fort à la magie de la vie.


  1. Planifier des moments pour soi


Ensuite, au début, il faut planifier ces temps pour soi. Je vais être tout à fait transparente : j’ai vraiment encore du mal à le faire parce que, forcément, quand on est en plus entrepreneur, il faut vraiment gérer son planning, l'équipe… tout coordonner. Du coup, j'ai encore du mal avec ça. Je sais que je mets encore d'abord toute la partie le business en priorité et le reste vient après. Ça commence à s’intégrer dans ma tête mais je sais que ce sera encore difficile… C'est pour ça que je te donne ce conseil et que je m'engage à l'appliquer aussi : de vraiment le noter à la base. Après, ça va devenir une habitude, mais au départ, il faut juste vraiment l’écrire dans ton planning, prendre ce temps de le faire et de d'abord mettre ses plages horaires-là avant le reste. C'est pas facile. Ça demande vraiment de déconditionner et d'agir différemment, encore une fois. Moi, j'ai encore du mal. Je prends ces temps pour moi mais je sais que je suis plutôt en train de me dire “Il faut d'abord que je termine tout ça et puis après, je fais passer ces moments pour moi”.


  1. Se comprendre et traverser ses peurs

Et puis devenir sa priorité, c’est aussi traverser les peurs, comprendre notre mode de fonctionnement et qui l’on est, comment on répond à la vie, quels sont les masques qu'on utilise pour se protéger. Pourquoi est-ce que je m'oublie ? Pourquoi est-ce que je m'adapte ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Quelles sont les blessures et les peurs qu'il y a derrière ? Il faut arriver à mettre ça en lumière et c'est ce qu'on fait là dans les ateliers autour des cinq blessures. C’est un outil qui m'a tellement profondément aidée et accompagnée sur ce chemin et qui me permet aujourd'hui de vraiment pouvoir vivre cette vie sur mesure dont je parle souvent. Ça me permet de pouvoir m'écouter et j’ai l’impression d’être toujours là, à me soutenir, et ça, c'est tellement précieux. Les cinq blessures, c’est aussi un outil fantastique quand on arrive à se désidentifier, parce que nous ne sommes pas les blessures, attention ! Ça j'en parle beaucoup aussi. Mais quand on arrive à les guérir, à les transformer et finalement traverser cette peur, par exemple, de ne pas être écouté, entendu, accepté… La peur d'être abandonné, la peur d'être une mauvaise personne, d'être mal vu… Ça permet vraiment de venir guérir tout ça.


Autre question à se poser : de quoi ai-je envie ? Est-ce que là, aujourd'hui je me choisis ? Il faut toujours essayer de venir ressentir, de s'écouter par le corps. Le corps ne ment jamais ! Écoute vraiment les sensations : est-ce que ça s'ouvre ? Est-ce que ça se rétracte ? Sois attentif par rapport à ça parce que ton corps a toujours la réponse, ça c'est sûr ! Il faut aussi se demander, en termes d'énergie : tiens, est-ce que ça me porte ? Est-ce que ça me donne de l'énergie ou est-ce que ça vient en pomper ? Ça demande d'être super méga transparent et honnête avec soi-même par rapport à ça, mais aussi de revenir dans son pouvoir créateur, de pouvoir vraiment se dire “Bon, j'ai là la possibilité de moi-même transformer, de moi-même passer à l'action, de moi-même créer ce dont j'ai vraiment envie”. Pour moi, c'est vraiment une clé super importante aussi ! Et aussi d'oser dire non et poser ses limites, ça en fait aussi partie ! J’en parle beaucoup dans l'accompagnement Éclosion : il y a toute une partie sur les non-négociables, pour vraiment les construire. Ce sont les choses qui, peu importe ce qu’il se passe (après, on est dans le mouvement de la vie donc ne soyons pas trop rigides non plus) mais ce sont des choses importantes pour nous, qui nous apportent vraiment tout ce dont on a besoin. Elles nous apportent de l'énergie et c’est un moment où on prend soin de ça et ça aussi c’est important.


C’est donc pour moi l’une des plus belles formes d’amour de soi que de devenir sa priorité et c'est loin d'être égoïste ! C’est quelque chose qui devrait être enseigné dans les écoles, de toujours se choisir ! Je pense qu'on sort un petit peu de ces conditionnements de “je dois être là pour les autres, je dois donner à l'autre, je dois me sacrifier”. Je pense que ça, c'est un peu l'ancien monde et qu’il faut revenir à soi. Parce qu'après, à partir de ce mouvement-là, de cette démarche-là, de “je deviens ma priorité”, cette présence à l'autre est d'autant plus puissante. Donc là, je peux aussi être au service de moi-même et de la vie et du monde, et je trouve ça absolument magnifique !


Voilà pour cet épisode qui est un petit peu plus long. J'avais beaucoup de choses à te partager ! En tout cas, si ça t’a plu ou que tu penses que ça peut être utile pour d'autres personnes de ton entourage, n'hésite pas à le partager, à commenter et puis à liker cet épisode. Merci de tout cœur en tout cas : je suis très heureuse de te retrouver, de nous retrouver, de VOUS retrouver dans ce podcast et on se dit à très vite pour la suite !


Prends soin de toi évidemment et ose rayonner ! N'oublie pas surtout : écoute-toi et choisis-toi à chaque instant. Je t’embrasse.