L'entrepreneuriat, ce n'est pas tout rose

Bienvenue dans le podcast Ose Briller ! Je suis Élodie Leclercq et je suis ici pour te partager toutes les clés pour te libérer, t'accepter pleinement, rejoindre le mouvement de la vie et briller de mille feux ! Je me réjouis de partager ce nouvel épisode à tes côtés. Installe-toi confortablement et savoure cet instant.


Salut beauté, j’espère que tu vas bien ! On se retrouve dans un nouvel épisode du podcast très spontané. C’est pas un sujet que j'ai l'habitude d'aborder ici mais aujourd'hui, j'ai énormément de choses à partager donc je vais tourner deux autres vidéos, cet épisode-ci… J'ai vraiment des messages à faire passer et ça me tient à cœur ! Ça vient des tripes, c'est très spontané et je sais pas du tout ce que je vais vous partager là dans cet épisode exactement mais j'ai vraiment envie de venir déconstruire tout le rêve qu'on nous vend depuis plusieurs années maintenant sur les réseaux, sur Internet etc. C'est vrai que je trouve que, pour le moment, je ressens vraiment ces espèces de dissonances entre la réalité et tout ce qui est montré sur les réseaux. C'est quelque chose qui vient vraiment me chercher en ce moment mais moi je me pose beaucoup de questions dans la manière dont je partageais les choses, même si j'ai toujours fait de mon mieux pour être la plus vraie possible. Mais c'est inévitable : les réseaux sociaux ne reflètent évidemment qu’une infime partie de la réalité ! Ce n'est pas du tout la réalité et je trouve que, plus on passe du temps dans la vraie vie, hors des réseaux, en-dehors d'Internet… plus on a ce décalage qui se fait avec la réalité, avec les réseaux. C'est très perturbant je trouve et personnellement, je suis dans cette phase-là. Après, on est tous sur notre chemin évidemment, mais j’avais envie de partager ce message et aujourd'hui, j'ai plus particulièrement envie dans cet épisode de parler de l'entrepreneuriat en ligne et dans une autre vidéo, je te parlerai du développement personnel, ce fameux terme que je n’emploie pas énormément, tu sais bien !


Comme la vie, l’entrepreneuriat n’est pas un long fleuve tranquille


En tout cas ici, dans l'entrepreneuriat, c'est vrai que je sais qu’évidemment, toutes les personnes qui me suivent ne sont pas spécialement des entrepreneurs mais je voulais vraiment déconstruire un petit peu tout ce qu'il y a autour de ça. Moi j’en peux plus de voir toutes ces pubs passer, tous ces trucs qui vendent du rêve, “quitte ton job et gagne un million d'euros par an”... C'est des trucs qui passent dans tous les sens ! Il y a plein de vidéos où on est dans des stratégies marketing, de la manipulation car on te vend du rêve mais quand tu regardes le programme, c’est vide, c’est de la merde, il y a rien ! Désolée, je suis assez cash mais c’est de pire en pire je trouve ! Et on voit ça partout ! Beaucoup de personnes poussent les gens en disant “Tout le monde devrait être entrepreneur ! Imagine, créer ta vie sur mesure, le job de tes rêves !”. Oui, même moi j’en parle car j'ai finalement créé cette vie sur mesure que je kiffe tant mais en même temps, ce n'est pas tout rose ! La vie est telle qu'elle est : c'est une palette pleine de couleurs, c'est des nuances, c'est du noir et du blanc… C’est pas tout rose et c’est pas un long fleuve tranquille parce que c'est la vie en fait ! Il faut arrêter de croire ou de faire croire que c'est parce qu'on va devenir entrepreneur, créer son entreprise, faire ce qu'on aime, vivre de sa passion, que tout à coup, la vie va être fabuleuse, que tout va être facile et qu’il n’y aura pas d’obstacles ou de situations inconfortables. Tout ça, c’est une illusion !


Évidemment, mon but n’est pas de démonter l'entrepreneuriat puisque je suis dedans, que j'ai moi aussi créé mon entreprise depuis cinq ans et que je kiffe ce que je fais même si c'est pas facile tous les jours non plus. Et ça, j'ai vraiment envie de t'en parler aussi ici, de vraiment déconstruire tout ça. J'ai l'impression qu’avec tout ce qu'on a vécu récemment, les confinements et compagnie, il y a une explosion de tout ça. Tout le monde s'est lancé en ligne et s'imagine que c'est la solution.


Ta vie de rêve peut aussi être dans le salariat


L'entrepreneuriat est fait pour certaines personnes évidemment. C'est magnifique de pouvoir développer son projet et sa passion mais en même temps, je trouve qu'il y a cette espèce de culture de la culpabilité, de “Ma vie n'est pas assez bien si je ne suis pas entrepreneur, si je ne vis pas à Bali, si je ne montre pas que je voyage tout le temps, que je travaille quand je veux…”. Je trouve que ça génère énormément de mal-être chez beaucoup de personnes. Il y a des personnes qui sont très heureuses dans leur travail en tant que salariées ou prestataires. Et si on se laisse emporter et qu'on n'est pas suffisamment alignés, connectés à ce qui est important pour nous, on peut vite se laisser embarquer par tout ça. Je fais cet épisode aussi parce que je reçois des messages de personnes qui disent “J'arrive pas à me lancer et j'ai envie mais pourtant je suis bien dans ma vie mais je vois tout le monde qui se lance et qui devient entrepreneur…”. En fait, on sent vraiment que beaucoup de personnes sont, du coup, complètement déconnectées de ce qu'elles veulent vraiment, de leurs désirs, de leurs envies, de ce qui compte vraiment pour elles dans leur cœur, dans leurs tripes, l'appel de l’âme ! Je ne sais pas si je vais être très claire dans mon message mais j’ai en tout cas pour intention d’être la plus objective possible. Ce sont des observations que je partage et on vit tous les choses différemment mais quand je vois les messages que je reçois, ce qui circule sur les réseaux ou les pubs quand je regarde les vidéos YouTube qui vendent du rêve en mode “Comment se faire 5000 euros par mois en un clic”... Donc voilà, j'ai juste vraiment envie de souligner que c'est pas parce qu'on devient entrepreneur que tout à coup la vie devient facile. Tout n’est pas que paillettes, licornes et bisounours ! Évidemment, c'est une aventure absolument fantastique : l'entrepreneuriat est probablement une des aventures qui m'a le plus permis de me rencontrer, d'apprendre à me connaître, à valser avec tous les mouvements de la vie, avec les hauts et les bas. Ça m'a vraiment appris aussi à lâcher prise et j’apprends encore aujourd’hui d’ailleurs.


Donc c'est une aventure fantastique mais on peut aussi apprendre dans plein d'autres domaines de la vie ou modes de vie ! Il existe tellement de modes de vie mais aujourd’hui, on vend ça en disant “Voilà, si tu veux réussir ta vie, il faut absolument que tu lances ton entreprise, ton business, ton projet etc.”. Déjà, il n’y a rien à réussir : on n'est pas là pour réussir la vie, on est là pour la vivre, pour expérimenter. Je pense qu'il y a une pression énorme qui est de plus en plus présente dans le collectif. Après, c'est à nous évidemment dans notre pleine responsabilité de subir cette pression ou de choisir simplement de ne pas se laisser écraser par celle-ci. Mais en tout cas, c'est sûr qu'elle est présente. Je le vois aussi dans mon entourage et je me mets parfois moi-même la pression ! Et je trouve que c'est parfois fatigant et très culpabilisant. Puis on sait que ça joue beaucoup aussi sur l’estime de soi et sur la perception qu'on a de soi.



La vraie liberté est celle qu’on se crée de l’intérieur


Alors, c'est vrai que c’est évidemment génial de se lancer dans cette aventure mais j’insiste là-dessus : je pense que ce n'est pas fait pour tout le monde et c'est ok. On peut vivre une vie différente, super épanouissante et qu'on kiffe. Je connais des personnes autour de moi qui adorent leur boulot, qui sont super bien en tant que salariées. Il faut arrêter de croire qu’il faut absolument être entrepreneur et lancer son truc. Comme je le disais, c'est sûr qu'il y a des avantages : on peut créer ses journées sur mesure, son planning sur mesure, vraiment choisir. Si à un moment donné, on a envie de prendre une semaine de congé, on le fait. On crée tout de A à Z donc ça, c'est vraiment génial !


On a cette grande liberté et encore une fois, la liberté c'est celle qu'on se crée de l'intérieur. Donc un entrepreneur peut se retrouver complètement prisonnier aussi et presque esclave de sa propre entreprise et ça, on oublie aussi d'en parler. Finalement, beaucoup d'entrepreneurs se retrouvent même avec des burnouts, des dépressions… Je suis passée par là aussi, par ces moments où on est dans l'excès. Parce qu'en fait, on doit pouvoir poser nous-mêmes nos propres limites dans notre temps de travail, dans ce qu'on donne aussi, parce qu'on donne énormément mais du coup on a tendance à complètement s'oublier. Ce n’est pas inévitable mais on mélange aussi notre boulot et notre vie privée. Il n’y a plus vraiment de limites, surtout quand c'est quelque chose qui touche sur le plan personnel aussi et donc il faut vraiment pouvoir apprendre à poser ses limites. Mais comme je le disais, tout le monde n'est pas capable de faire ça non plus. Donc c’est clair qu’il y a plein de magnifiques avantages. Mais pour revenir à la liberté, quelqu'un qui est employé dans une entreprise a aussi tout à fait cette possibilité de se sentir libre. C’est un cri de l'intérieur. Je te partage ça parce que j'ai vraiment expérimenté ça. Je me souviens, il y a deux ans où en fait je me sentais étouffée et emprisonnée dans ma propre liberté d'entrepreneure : je voyageais partout, j'étais en mode “digital nomade” et je croyais que c'était ça la liberté. Au final, je me sentais emprisonnée car je n’avais plus aucune fondation ni ancrage : cette liberté était une illusion. Donc c'est intéressant de venir se poser la question : “C'est quoi la liberté pour moi ?”.


Si tu as vu mon dernier live sur Instagram, c’est vrai que j'en ai beaucoup parlé, mais je me pose moi aussi énormément de questions. C'est une période qui est très, très bizarre, qui chamboule. C'est pas très confortable en ce moment au niveau des énergies parce que c'est comme s’il y avait des choses qui ne résonnent plus. On ne sait pas trop où on va et en même temps, c’est vrai que c’est un peu particulier. J’ai moi-même expérimenté ça, je me suis posé vraiment toutes ces questions et je me souviens finalement à quel point j'avais peur de créer les projets que j'avais envie de créer en présentiel, d'avoir finalement une certaine structure en fait… Je voyais ça comme un emprisonnement, le fait de donner des sessions FLOWNERGY ici à Bruxelles, d'avoir des “horaires” de temps en temps, d'avoir des rendez-vous ou autres… Je me disais “Mais merde, je vais plus avoir ma liberté !”. Bah si en fait. Parce que c'est quelque chose que je surkiffe, donner les sessions FLOWNERGY ! Je crée du lien avec les gens, je suis en présence avec eux, on travaille sur le corps, les sensations etc. C'est ce qui m'anime et en fait, ça c'est la liberté puisque JE choisis. C'est moi qui choisis de créer ça et donc voilà, ça a été vraiment toute une réflexion. Encore une fois, la liberté pour moi, c'est pas “Je fais ce que je veux” : quand je sais et je suis pleinement dans mon pouvoir créateur et je choisis, j'ai envie ou j'ai pas envie, je fais ou je fais pas, c'est ça pour moi ! C'est choisir en fait. C'est ça finalement la plus grande liberté. Donc on peut très bien se sentir méga libre en choisissant de travailler pour une entreprise qu'on adore ou avec une super équipe où vraiment on se dit “J'ai envie de m'investir dans les projets, j'adore mes collègues !”. On est libre parce qu'on le choisit, parce que ça résonne, parce qu'on est aligné avec ça.


Je pense donc qu’il y a vraiment quelque chose à déconstruire et c’est pourquoi cet épisode me tient tellement à cœur. J’ai des frissons partout en en parlant ! Je ne sais pas comment ça va se passer sur mon compte @elodieleclercq sur Instagram parce que je ne sais pas trop comment je veux partager tout ça. Mais j’ai juste envie de transmettre le message de vraiment s'écouter, de vivre la vie. Je veux donc t’inviter à déconnecter le plus possible, à revenir dans cette vie réelle qui est là autour de nous et en nous et à vraiment lâcher tout ce surplus d'informations. “Il faut faire ci, il faut faire ça pour être libre”... “Lâche tout, deviens entrepreneur et vis la vie de rêve”... Tout ça devient un peu écœurant en fait.


Une solitude pas facile pour tout le monde


Ensuite, c'est vrai que dans l'entrepreneuriat… Bon, je sens que je suis arrivée au bout de ce petit côté négatif mais il y a une solitude. Alors oui, on est très connectés : on reçoit beaucoup de messages et il y a beaucoup d’échanges. C’est très riche, on fait de belles rencontres aussi via les réseaux, ça c'est sûr ! Ça a vraiment des avantages et encore une fois, on n'est pas dans les extrêmes et il faut mettre de la nuance dans tout ça. Mais c'est clair que cette solitude d’être face à son ordi, c'est vraiment pas facile tous les jours. Certains vont vraiment adorer ça mais c'est pas facile quand on est quelqu'un qui a vraiment besoin de lien ou qui est très extraverti. Évidemment, l’intention ici n’est pas de se plaindre mais juste d’observer, de poser et d’expliquer la vérité, en tout cas celle que j’observe dans mon expérience. Bien sûr, ce n’est pas la vérité absolue mais il y a cette solitude et j'en ai parlé avec beaucoup d'amis entrepreneurs ces derniers temps, et on sent qu’on arrive tous au bout de ça aussi et qu'on a besoin de recréer du lien. Je pense que c'est aussi lié à tout ce qu'on a vécu dans le collectif mais il reste à voir comment faire. En ce qui me concerne par exemple, on a maintenant trouvé un espace où travailler ensemble avec une partie de mon équipe et on veut aussi réfléchir à comment créer plus d'événements en présentiel ce qui est aussi un objectif pour moi cette année. J’ai vraiment envie de créer des retraites, des séjours, des stages, des week-ends… Donc voilà, la solitude est aussi une facette qu'il ne faut pas ignorer et sous-estimer, qui n'est pas tous les jours facile non plus.


Le mythe de la semaine de 4 heures


Alors, le fameux mythe que j'aimerais aussi déconstruire, c’est cette fameuse semaine de 4 heures. Tous ces gens qui disent que tu peux juste bosser 4 à 6 heures par semaine et gagner un million d'euros par an ! C’est peut-être possible mais sincèrement, ça demande énormément de travail avant d'en arriver à ça et de vraiment pouvoir quasiment tout déléguer et de n’être plus que “gestionnaire” de son entreprise. C’est vraiment important de le dire et d’être honnête : quand on est entrepreneur, c’est du boulot ! Et au début, certains vont dire “Oui mais c’est une croyance”. Et il faut aussi déconstruire ce “La vie, c’est dur, il faut travailler dur !”parce qu’on est pas là-dedans et c’est pas ce que j’ai envie de vous transmettre. Mais forcément, créer comme ça un projet de A à Z, ça demande du travail ! Il y a cette phase au début du lancement d’un projet ou c’est quasiment inévitable en fait. Ça ne va pas faire tout seul ! Donc ceux qui vendent encore une fois ce rêve de “C'est facile, tu travailles que 4-6 heures par semaine et là, le secret, c'est de déléguer !”... Ah oui, t'es sympa ! Mais au début, on n'a pas forcément les moyens de déléguer non plus. Enfin voilà, je vais pas faire une liste mais je pense que ça aussi, c'est un gros mythe. Il ne faut pas se laisser absorber par toutes ces illusions, tout ce rêve qu’on vend, et juste revenir à la réalité des choses. Et la réalité, c'est que c'est du boulot et que ça demande un investissement personnel et de temps, de s’y mettre à 200%, en tout cas au début. Et puis, petit à petit, en effet, c’est possible. Moi, j'ai vraiment bossé comme une dingue au début ! Peut-être même dans l'extrême et je ne dis pas qu'il faut aller dans cet extrême là ! Mais au fur et à mesure qu’on développe le projet, on commence à avoir les moyens d’avoir une équipe autour de soi etc. Mais ça ne se fait pas en un claquement de doigts ! Ça peut aussi aller vite, attention ! Il ne faut pas non plus croire que ça va prendre dix ans, c’est pas du tout ce que j'ai envie de vous transmettre parce que c'est une magnifique aventure l'entrepreneuriat. C'est absolument magnifique, vraiment ! ET (c’est pas “ou” ou “mais”) c'est aussi inconfortable de temps en temps : il y a des phases, il y a l’ombre et la lumière.


Une frontière entre la vie personnelle et professionnelle brouillée


Clairement quand on est entrepreneur, notre entreprise évolue souvent avec nous et c'est pas évident parce que parce que quand on évolue, on fait forcément aussi évoluer tout ce qu'on partage mais du coup, on perd des personnes en cours de route, même si on en attire des nouvelles aussi. Peut-être que ce qu’on va proposer ne plaît plus trop à certaines personnes. Il y a tout ça aussi à accepter. Quand j'ai lâché la nutrition, je savais bien que certaines personnes allaient complètement arrêter de suivre ce que je proposais. Mais au début, je ne l’acceptais pas parce que je trouvais que c’était tellement important ce que j’avais envie de partager. Il fallait que les gens sachent qu’il n’y a pas que la nutrition et que l'alimentation, c'est juste une petite partie de toute la sphère holistique et de tous les piliers qui sont importants à prendre en compte. Mais voilà, tout est parfait encore une fois et quand on change de direction, forcément ça a un impact. C’est sûr que quand on est salarié, oui on peut changer de boulot mais si on a une transformation personnelle, ça n'impacte pas spécialement notre boulot de cette manière-là je pense. Après, je sais pas, c’est peut-être une hypothèse et je suppose que ça impacte un minimum mais je crois, en sachant ce que c’est quand même, que c’est assez différent.


Prendre sa décision en se posant les bonnes questions


C'est clair qu’on vit aussi les montagnes russes et c'est pour ça que tous ceux qui vendent du rêve en mode “Fais-toi des revenus en automatique pour pouvoir profiter de la vie”... Il y a des hauts et des bas, il y a des mois où on est là “Comment je vais faire pour payer tous les prestataires ?!”. C’est impermanent mais ça reflète ce qu’est la vie, tout simplement. Et je crois que c’est vraiment, encore une fois, une grosse mascarade de dire qu’une fois qu'on est entrepreneur, la vie est un long fleuve tranquille et qu'il n’y a plus de hauts et de bas. Il faut en avoir conscience, comme tout dans la vie, et c’est pour ça que je voulais le mettre en lumière. Mais c’est la vie, tout simplement. La délégation, il faut savoir que c’est une expérience intéressante dans l’entrepreneuriat. C'est un gros travail de lâcher prise, d’arrêter de contrôler en sachant que ce ne sera pas fait exactement comme nous on l’aurait voulu. C’est un apprentissage de communication, de management et c'est une magnifique aventure mais tout le monde n'est pas capable de faire ça. Et c'est pour ça que beaucoup de gens poussent à ça mais c'est pas fait pour tout le monde et la conclusion de cet épisode que je vais déjà donner (même si j'ai pas fini !), c'est vraiment de dire au final, qu'est-ce qui est juste pour toi ? Il faut se poser la question “Qu’est-ce toi, tu veux vraiment ?” sans s’accrocher à tout ce que les personnes qu'on suit ou autres donnent comme conseil, aux stratégies qu’elles proposent de mettre en place, car peut-être que ce n’est pas aligné avec ce que toi tu as vraiment envie de faire, avec la personne que tu as envie d'être, ce que tu as envie de proposer, comment tu as envie de le proposer. Peut-être que ça va à l'encontre de ce qu'on te dit aujourd'hui…

Par exemple, j'ai formé des personnes à FLOWNERGY. Il y a en qui ne font que du présentiel, qui impriment des flyers et d’autres qui pourraient se dire “Oui mais allez, c’est complètement dépassé, on ne fait plus ça aujourd’hui !”. Toi, ça te parle pas mais peut-être qu'à cette personne, ça lui parle et ça fonctionne pour elle parce que ça lui paraît une évidence et donc encore une fois, il s’agit de se poser les bonnes questions par rapport à soi. Qu'est-ce qui résonne pour soi, qu'est-ce qui est juste ? Un autre exemple pour l'entrepreneuriat : on dit qu’il faut faire deux mails par semaine, qu’il faut absolument développer soit une chaîne YouTube, soit un podcast etc. Mais est-ce que tu as vraiment envie de le faire ? Est-ce qu’il y a du plaisir derrière ? Est-ce que ça résonne ? Est-ce que tu sens de la joie quand tu le fais ? Peut-être que tu détestes écrire et que tu as envie de trouver une autre solution pour transmettre des infos et tenir les personnes au courant de tes activités et de tes projets.


Finalement, j'ai vraiment envie de transmettre le message ici de revenir à l'intérieur de soi, de vraiment se questionner à propos de ce dont on a réellement envie, comment on a envie de voir la vie. Si je suis super honnête avec moi-même, est-ce que l’entrepreneuriat est vraiment fait pour moi ? Il ne faut pas le faire juste parce que ça a le vent en poupe. Ma réponse part un peu dans tous les sens donc j’espère que c’est clair mais voilà, je trouve qu’il y a vraiment cette vitrine et je trouve qu’il y a quelque chose qui est un peu déphasé en ce moment par rapport aux réseaux et à la réalité. Je ne sais pas ce qu’il se passe mais j’ai l’impression qu’il y a ce choc entre la vraie vie et les réseaux et ce qu'on partage. En tout cas, c'est ce que j'expérimente en ce moment Est-ce que ça va résonner pour toi ? Peut-être que pas du tout ! Et franchement, pas de soucis : on est tous sur notre chemin mais en tout cas, là je te parle d’entrepreneuriat mais on peut transposer cette réflexion sur n'importe quel domaine de la vie et se demander si ça résonne ou pas. Ose aller là où tu as vraiment envie d’aller même si ça fout vraiment les boules et que c'est peut-être complètement différent de ce que tu as fait ces dernières années. Dis-toi “Bon bah GO ! J’y vais et je fais confiance à ça !” sans suivre tout ce qu’on dit et ce que l’extérieur attend de moi et me partage. J’en parlerais aussi dans la vidéo du développement personnel de cette idée qu’il faut “toujours briser ces croyances militantes”, “toujours devenir la meilleure version de soi-même”. Tu sais bien que j'aime beaucoup démonter ça parce que ça met une pression de fou et finalement, quand on est dans l’excès, ça crée encore plus de mal-être que de bien-être.


Créer de l’espace et oublier les injonctions extérieures


Bon, je pense que c'est tout et c'est déjà pas mal ! Donc oui à l'entrepreneuriat parce que c'est une magnifique aventure comme je te disais mais c'est pas tout rose et je pense qu'il faut juste être en conscience et venir dire les choses, être cash. Et parfois, on lance des projets et ça ne fonctionne pas, c'est un flop… Ou parfois, on n'est pas aligné avec un projet et il faut être prêt à vraiment se remettre en question, à être connecté à soi et à être en pleine honnêteté avec soi-même. Ça me tenait à cœur de venir partager ce message-là et de vraiment dire que c'est pas tout rose. Et puis certains disent “Je fais ce que je veux quand je veux, je suis libre à 2000%” mais non ! Parfois il faut faire ta compta et ça te saoule, parfois il y a des problèmes avec des clients, parfois il y a des choses qui tombent et ça fait partie de la vie. Je pense qu'il faut déconstruire cette illusion qu’on doit vivre une vie parfaite, tout le temps dans la joie, dans la pensée positive, dans le bonheur, dans cette recherche illusoire d'un monde parfait. C'est la vie en fait et c'est ok ! Et c'est pour ça que moi ça me tient à cœur de vraiment porter ce message de “Vivons les émotions”. Soyons connectés à nos ressentis, à nos sensations, parce que ça, ça ne trompe jamais. Le corps ne ment jamais ! Je sais que je le répète tout le temps mais c'est ça qui va te guider. C'est marrant parce que devant moi là, il est marqué “laisse-moi te guider mon cœur” et ça me fait rire parce que je te parle de ça ! Donc voilà, il faut vraiment se laisser guider un maximum par ça et pas par tout ce qu'on essaie de nous transmettre à travers tout ça. Non ! Finalement, dépouille-toi peut-être un petit peu de temps en temps. En tout cas, je t’y invite, si tu le souhaites. Dépouille-toi de toutes ces informations. Reviens contacter le vide, le silence, l'espace, le corps, les sensations. C’est là que tu auras les réponses et pas en regardant dix mille vidéos d'entrepreneurs ou de développement personnel. Recrée cet espace parce que toutes les réponses sont en toi. Et plus tu recrées cet espace, plus ça émerge. C'est sûr que c'est pas très confortable évidemment et c'est pas toujours facile parce qu'il y a des choses qui émergent et on se dit alors “Oulala, j’ai envie mais en même temps, punaise, ça me fout les boules !”.


Voilà mon message et mon invitation pour cet épisode. Je pourrais en parler encore et encore pendant des heures mais je pense que c'est intéressant, ou important pour moi en tout cas, de transmettre tout ça et de montrer aussi que c'est pas tout rose, que ce n'est pas fait pour tout le monde et que c'est OK si tu n'as pas envie de devenir entrepreneur et que tu aimes ton boulot. Sache que c'est tout à fait OK, vraiment ! Et puis tous ceux qui ont envie de se lancer : allez-y ! Ça va dans les deux sens. Si vous sentez que c'est fait pour vous, mais go ! Parce que c'est une expérience absolument magique et fantastique.


Cet épisode était un peu particulier au niveau du de la thématique que j'ai pas spécialement l'habitude d'aborder. Il était long aussi et j’ai moins l'habitude de faire ça mais j'en avais vraiment envie donc voilà, c'était spontané ! Merci pour ton écoute, vraiment ! N'hésite pas à partager l'épisode, à en parler aussi si tu connais des entrepreneurs et si en tout cas tu es aligné avec ce que je partage parce qu'on est tous différents et c'est OK. Chacun vit à sa manière. On se retrouve très vite pour un prochain épisode.


Prends soin de toi, je t'embrasse et puis n'oublie pas : vis la vie ! À très vite.